Schweizerischer Verband der Akademikerinnen
Association Suisse des Femmes Diplômées des Universités

News

Nouvelle présidente de l‘ASFDU

L‘ASFDU cherche une nouvelle présidente à partir de mars 2022. Voir le PDF pour le calendrier et le profil d'exigences :

Profil de candidature, calendrier_Nouvelle présidente ASFDU

Candidature électronique à la présidente Doris Boscardin, praesidentin(a)akademikerinnen.ch
Les documents requis pour la candidature sont :
- Lettre de motivation y compris indications sur l’adhésion à l'association : durée, engagement
- CV
Le dossier de candidature doit être soumis en allemand et en français. Date limite de dépôt des candidatures : 3 janvier 2022.

Formation continue d'automne 20.11.2021 à Zurich

Nous traiterons de la «quatrième révolution industrielle».
Dans un exposé informatif, Sarah Genner, spécialiste des médias et du numérique, expliquera comment la mise en réseau numérique croissante modifie notre société - notre monde du travail, la science et l'éducation - et comment utiliser les technologies numériques et minimiser les risques éventuels.
Les questions ouvertes seront ensuite discutées et les compétences particulièrement requises dans un monde respectivement une société de travail numérique seront abordées.
Date : Samedi 20 novembre 2021, 10h30 à 13h30
Lieu : Zurich ou en ligne
Programme détaillé par courriel en septembre.
Ursula Bolli-Schaffner

Bref rapport sur la formation continue virtuelle de l’ASFDU «Violence sexualisée : parlons-en !» du 8 mai 2021

C’est en accord avec notre sujet annuel « contre la violence à l’égard des femmes » que le 8 mai 2021 a eu lieu la formation continue virtuelle « Violence sexualisée : parlons-en ! ». Les conférencières étaient Anna-Béatrice Schmaltz, responsable de la campagne « 16 jours contre la violence faite aux femmes* », et Livia Boscardin, sociologue et instructrice de wen-do. Notre présidente Doris Boscardin a animé l’évènement et Christiane Castella Schwarzen de la section de Fribourg a fait le travail de traduction pour la formation continue organisée par Livia Boscardin.
Anna-Béatrice Schmaltz a fourni des informations actuelles sur la violence sexualisée, la thématique centrale de la campagne en 2021. Elle a défini la notion de violence sexualisée (« sexualisée » car l’accent n'est pas mis sur la sexualité et le plaisir consenti, mais sur le pouvoir et la violence), a mis en évidence les chiffres sur l’incidence de la violence en Suisse (22% des femmes ont subi des actes d’ordre sexuel non désirés, 12% ont eu des rapports sexuels contre leur gré), a analysé des mythes du viol qui inversent la relation auteur-victime et reproduisent des modèles stéréotypés, et, a abordé, outre la nécessaire réforme du droit pénal sexuel, l’urgence d’un travail de prévention et de sensibilisation.
Livia Boscardin a présenté le wen-do, un moyen d’auto-défense et d’affirmation de soi physique et mental, conçu au Canada en 1972 par des femmes pour les filles* et les femmes* et leur réalité spécifique. L’atelier était un mélange d’exercices techniques simples mais efficaces d’auto-défense verbale et physique pour des situations concrètes de la vie quotidienne et des situations d’attaque, de discussions ainsi que d’informations sur les services de soutien (entre autres l’aide aux victimes en Suisse). Les participantes ont pu renforcer leur estime de soi et apprendre des stratégies leur permettant de fixer des limites claires. Un autre sujet important a été la prévention de la violence sexualisée à un jeune âge, c'est-à-dire le renforcement personnel des jeunes femmes à l’école obligatoire et la prévention du harcèlement.
L’évènement bilingue était gratuit pour les membres de l’ASFDU ; sa tenue virtuelle a permis justement aux membres plus âgées d’y participer, comme on nous l’a dit avec gratitude. Une quinzaine de femmes, dont des membres et des expertes de l’Association des femmes universitaires d’Autriche (VAÖ), ont participé avec beaucoup d’engagement à cette matinée instructive et inspirante. Toutes les participantes recevront une attestation de formation continue.
Un rapport détaillé de la formation continue suivra.
Livia Boscardin

À propos de la campagne «16 jours contre la violence envers les femmes*»

La campagne a été lancée en Suisse en 2008. Depuis lors, elle est coordonnée par l'organisation féministe pour la paix cfd (Christlicher Friedensdienst - Service chrétien pour la paix). Les «16 jours contre la violence envers les femmes*» commencent chaque année le 25 novembre (Journée internationale contre la violence envers les femmes*) et se terminent le 10 décembre (Journée internationale des droits de l'homme). Cela montre clairement que la violence contre les femmes* est une violation des droits de l'homme. Avec les organisations partenaires et les nombreux événements, le sujet tabou de la maternité et de la violence est discuté conjointement et solidairement, contribuant ainsi à la sensibilisation et à la prévention.

L'ASFDU est également une organisation partenaire de la campagne contre la violence à l'égard des femmes*.

Maternité et violence

Cette année, les «16 jours contre la violence envers les femmes*» seront axés sur la maternité et la violence.

Les mères sont diverses : engagées politiquement, travaillant, monoparentales, aimant les femmes/lesbiennes/queer, handicapées, souffrant de maladies chroniques, issues de l'immigration ou d'un passé de fuite. Mais toutes les femmes* ne peuvent ou ne veulent pas être mères. Les Journées d'action (25.11.-10.12.) permettront de sensibiliser les gens au fait que la maternité a de multiples facettes. Défendons ensemble et avec force la lutte contre la violence à l'égard des femmes*.

L'accent est mis sur les différents types de violence. Les mères sont touchées par la violence physique, psychologique et sexualisée. Selon l'Office fédéral de la statistique, 6712 femmes* et 1835 enfants ont été touchés par la violence domestique en 2019. Les chiffres sont restés relativement constants depuis 2009. Si les mères sont touchées par la violence domestique, les enfants en souffrent également. La violence lors de l'accouchement est fortement tabou et il y a un manque d'études dans ce domaine en Suisse. L'essentiel du travail de soins et d'assistance est effectué par des femmes*, qui doivent adapter leurs horaires de travail à cette fin. Concilier la famille et le travail est une tâche exigeante et fait partie de la violence structurelle. L'activité professionnelle limitée des mères entraîne des relations de dépendance et peut conduire à la pauvreté dans la vieillesse. La situation est encore plus difficile pour les mères célibataires : en Suisse, les mères lesbiennes subissent des formes spécifiques de violence structurelle. Elles ne peuvent pas adopter un enfant ensemble et malgré la planification familiale commune, légalement seule la femme* qui donne naissance est la mère. Les idées stéréotypées sur la maternité sont restrictives. Des attentes spécifiques et parfois contradictoires sont placées sur les mères. Nous avons des idées concrètes sur ce qu'est la maternité et sur ce que doit être une bonne mère.

Nous exigeons :

  • Une vie sans violence pour toutes les femmes*
  • Reconnaissance de la diversité de la maternité et des différents projets de vie
  • La reconnaissance, l'appréciation et la répartition équitable du travail de soins et d'assistance
  • Mise en œuvre intégrale de la Convention d'Istanbul (https://istanbulkonvention.ch/)
  • Des ressources financières suffisantes pour lutter contre la violence
  • L'égalité politique et sociale de tous les sexes

Que pouvez-vous faire ?

  • Participez aux événements et aux actions de la campagne. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.16tage.ch (en allemand)
  • Parlez de la violence - dans votre famille, avec vos ami.e.s*, au travail, dans les médias sociaux #16tage
  • Engagez votre propre action, en tant qu'individu ou avec votre organisation
  • Commandez notre drapeau sur www.16tage.ch

Source : http://www.16tage.ch/de/16-tage-7.html

Formation continue virtuelle de l’ASFDU

«Avec le wen-do contre la violence envers les femmes*»

Samedi 14 novembre 2020, 10h à 13h
Sous forme de cours en ligne sur Zoom

    Programme :
    10h         Accueil par Doris Boscardin
    10h15     Atelier animé par Dr. Livia Boscardin, sociologue et instructrice de wen-do
    11h         Pause
    11h10     Atelier
    13h         Fin de la formation continue

C’est en accord avec notre sujet annuel « la violence envers les femmes » que notre secrétaire Livia Boscardin, sociologue et instructrice de wen-do, dirigera l'atelier virtuel « Avec le wen-do contre la violence envers les femmes* ». D'une part, l'atelier nous fournira des informations actuelles sur la violence spécifique au genre et, d'autre part, nous ferons des exercices pratiques de wen-do, ce moyen d’auto-défense et d'affirmation de soi spécialement conçu par des femmes pour les filles* et les femmes* et leur réalité spécifique.

Qu’est-ce que le wen-do?
Wen-do, qui signifie «la voie des femmes *», est un mélange varié d'exercices techniques, de discussions et de jeux de rôle. Dans les cours, des techniques simples mais efficaces d'auto-défense verbale et physique sont enseignées pour des situations concrètes de la vie quotidienne et des situations d'attaque. Le harcèlement et la violence sont abordés en fonction de l'âge et des informations sur les services de soutien sont fournies. Tous les cours sont axés sur les limites – comment les percevoir, comment les fixer clairement et comment réagir au cas où elles seraient ignorées. Et les occasions de s’amuser ne manquent pas non plus!
L'atelier convient aux femmes* de tous âges et de toutes capacités. N’ayez crainte, il n'y aura pas de séances d'entraînement intenses ! Tout le monde peut participer !  

À propos de la campagne «16 jours contre la violence envers les femmes*»
La campagne a été lancée en Suisse en 2008. Depuis lors, elle est coordonnée par l'organisation féministe pour la paix cfd (Christlicher Friedensdienst - Service chrétien pour la paix). Les «16 jours contre la violence envers les femmes*» commencent chaque année le 25 novembre (Journée internationale contre la violence envers les femmes*) et se terminent le 10 décembre (Journée internationale des droits de l'homme). Cela montre clairement que la violence envers les femmes* est une violation des droits de l'homme. Avec les organisations partenaires et les nombreux événements, le sujet tabou de la maternité et de la violence est discuté conjointement et solidairement, contribuant ainsi à la sensibilisation et à la prévention.
L'ASFDU est également une organisation partenaire de la campagne contre la violence envers les femmes*.

A propose de la conférencière
Dr. Livia Boscardin est une spécialiste de la violence spécifique au genre et de la violence sexualisée. Après des études en sociologie, en genre, en sciences des religions et en développement durable à Bâle, Genève et New York, Livia Boscardin a obtenu un doctorat en sociologie à l'Université de Bâle. Elle donne des cours sur la violence envers les femmes* (Master interdisciplinaire en éthique appliquée) à l'Université Karl-Franzens à Graz. Elle est titulaire d'un CAS en « violence domestique » de la Haute Ecole Spécialisée de Zurich (ZHAW) et termine actuellement le CAS en « conseil psychosocial sur la sexualité et la santé sexuelle » à la Haute Ecole de travail social de Lucerne (HSLU).
Livia Boscardin a plusieurs années d'expérience professionnelle tant dans des organisations féministes que dans l'accompagnement et le soutien de personnes victimes de violence domestique et/ou sexualisée. En outre, elle a travaillé avec des personnes qui ont elles-mêmes eu recours à la violence. Elle est co-fondatrice de « Awarenetz », un réseau d'ateliers de sensibilisation sur la discrimination.
Avec l'association Wen-Do Bâle, Livia Boscardin est instructrice certifiée de wen-do (Institut Wen-do Suisse, formée par Jeanne Allemann) et donne des cours d'auto-défense et d'affirmation de soi pour les filles* et les femmes*, entre autres en coopération avec Amnesty International, l’Ecole-club Migros et l'Université de Bâle.
Site web: www.wendo-basel.ch

L’évènement se tiendra en bilingue (all et fr).

Prix de la formation continue
    • Gratuite pour les membres de l’ASFDU ; il en va de même pour les personnes qui deviennent membres de l’ASFDU le jour de la formation continue.
    • Pour les non-membres : CHF 90.-

Formation continue sous forme de cours en ligne sur Zoom
La formation se déroule sous forme d'un cours en ligne sur Zoom (voir https://zoom.us/). Zoom est un outil de vidéoconférence et de réunion en ligne. Les participantes participeront via un ordinateur ou un autre appareil connecté (par exemple, un smartphone). Il n’y a pas besoin de s’inscrire sur Zoom au préalable pour pouvoir rejoindre la réunion. Pour y participer, il vous suffit d'entrer votre nom et votre adresse électronique. Vous trouverez une marche à suivre ici. Vous pouvez également participer à une réunion de test pour vous familiariser avec Zoom. Les participantes inscrites recevront une invitation par courriel pour le cours en ligne sur Zoom et toutes les instructions environ 2 semaines avant la formation.

Inscriptions
Le nombre de participantes est limité à 20. Veuillez vous inscrire d’ici au 30 octobre 2020 auprès de notre secrétaire et conférencière Livia Boscardin : sekretariat@akademikerinnen.ch. Merci d’indiquer votre nom, prénom, section, adresse, adresse mail, numéro de téléphone, langue souhaitée : all ou fr.

Formation continue WenDo ASFDU 2020

DACH 2020 reporté

En raison de la crise de Corona, la réunion DACH en 2020 "Rotterdam moderne et Delft historique" doit être reportée à 2021. La nouvelle date est du 28 mai au 30 mai 2021. Merci de votre compréhension !

AD 2020 reportée

Chères membres
J'espère que vous allez toutes bien !
Au vu de la situation actuelle concernant la propagation du virus Corona, je voudrais vous informer que le Bureau, après consultation du Comité d'organisation de la Section de Berne, a décidé de reporter l’assemblée des déléguées du 28 mars au 26 septembre. L'AD aura lieu en ligne. Nous nous réjouissons d'autant plus de l’AD de l'année prochaine et de son traditionnel programme convivial à Berne, et nous remercions vivement le comité d’organisation pour sa flexibilité. De plus amples informations suivront.
Avec mes salutations les plus chaleureuses
Doris Boscardin, Présidente de l'ASFDU

Excursion annuelle de l’ASFDU le 28.8.2021

En raison du coronavirus, l'excursion annuelle à Oberhofen sur le lac de Thoune du 29 août 2020 sera reportée d'un an, à savoir au samedi 28 août 2021. L'événement se déroulera dans le même cadre - visite guidée du château, repas de midi au restaurant du château, visite guidée du musée de l'horlogerie. Nous nous réjouissons de nous immerger dans le magnifique paysage avec lac et montagnes et de découvrir les trésors de l’histoire de l’art d'Oberhofen.

Rapport du congrès du GWI du 25 au 28.7.2019 à Genève

par Tatjana Betschart, CIR
Le congrès du GWI avec l'assemblée des déléguées, la conférence et le centenaire qui s'est tenu du 25 au 28 juillet 2019 à l'Université de Genève a remporté un franc succès. La journée de conférence ouverte au public comprenait des présentations et des ateliers et était placée sous le thème «Peace Through Education». Un programme varié avait été élaboré pour les quatre cents participantes issues de plus de 50 pays ; ainsi, durant les deux journées d'assemblée générale, les déléguées ont été invitées à la Centenary Celebration ainsi qu'à la Swiss Culture Night. Tous ces évènements ont été l'occasion idéale de discuter avec des femmes venues des cinq continents.
L'assemblée générale a été dirigée par Geeta Desai et ses collègues du Board du GWI. Leur travail des trois dernières années a été chaleureusement remercié. Les élections dans les organes du GWI pour 2019 à 2022 ont également eu lieu. Terry Oudraad du GWI aux Pays-Bas, a repris la présidence du GWI. Les vice-présidentes ainsi que les autres membres du Board of Officers ont également été élues. L'ASFDU est très bien représentée dans le Board du GWI par Katharina Strub (section de Genève) en tant que Treasurer et par Karoline Dorsch (section de Zurich) en tant que nouvelle Assistant Treasurer. Une autre information importante a été communiquée lors de l'assemblée, à savoir que la situation financière du GWI s'est redressée.
La Suisse en sa qualité de pays hôte a été très présente tout au long du congrès. Doris Boscardin, présidente de l'ASFDU et présidente du Local Arrangements Committee LAC, a tenu un discours très réussi pour souhaiter la bienvenue aux participantes. L'excellente organisation de l'évènement peut être essentiellement attribuée au travail du LAC. Durant une année et demie, Doris et Livia Boscardin, Karoline Dorsch, Stacy Dry Lara, Susanne Leber, Ruth Nieffer, Lilia Müggler et Katharina Strub ont travaillé à la préparation de cet évènement.
Une vingtaine de Suissesses issues de différentes sections, dont plusieurs des Grisons, ont été présentes en tant que bénévoles durant l'ensemble de la manifestation. Elles ont assuré le bon déroulement de l'assemblée des déléguées, de la conférence, des festivités et des excursions.
En lisant les quatre contributions de membres de la section des Grisons, vous constaterez par vous-même que ce congrès a constitué un évènement mémorable.

Formation continue de l‘ASFDU: Droits universels des femmes:

Barbie strikes back! – Droits des femmes, carrière et différence de genre

Le samedi 16 mars 2019, la formation continue de l'ASFDU sur "Droits universels des femmes: Barbie strikes back! – Droits des femmes, carrière et différence de genre" s'est tenue à Berne.
Michèle Amacker du Centre interdisciplinaire pour la recherche sur le genre (IZFG) de l'Université de Berne a prononcé un discours sur le thème "Egalité des chances, inégalité des carrières ?". La présentation et la discussion animée nous ont donné un aperçu du choix de carrière, de la participation au marché du travail et de la répartition du travail rémunéré et non rémunéré du point de vue du genre. La discussion s'est poursuivie en deux ateliers : Dans le premier atelier "Le travail de soins - valoriser et répartir plus équitablement ! Comment faire ?", diverses situations de soins ont été définies et nous avons discuté comment le travail de soins peut être réparti plus équitablement (entre hommes et femmes). Dans le deuxième atelier "Interruption de carrière ? Sans moi", nous avons identifié les causes des interruptions de carrière chez les femmes et discuté comment les obstacles à la carrière peuvent être éliminés ou comment leurs effets peuvent être atténués.
La formation continue bilingue a été extrêmement instructive et les contacts amicaux - surtout pendant le déjeuner suivant - n'ont pas été négligés.
Un rapport détaillé suivra. Des photos de l'événement suivront sur notre page Facebook.

Rapport sur la formation continue de l’ASFDU «Empowerment», 17.11.2018

« It’s a men’s world » à l'université ou dans le monde du travail – quiconque connaît les règles du jeu peut aussi les façonner. Notre membre bâloise Anita Fetz, membre du Conseil des Etats du canton de Bâle-Ville et consultante en organisation dans sa société de conseil femmedia ChangeAssist (www.femmedia.ch), a présente ses expériences dans le domaine des structures masculines. Elle a montré comment les femmes peuvent non seulement y réussir, mais aussi comment elles peuvent contribuer à les façonner et donc à les changer. Anita Fetz a abordé également les obstacles qui doivent être surmontés dans les différentes phases d'une carrière – en tant que débutante, en tant qu'employée expérimentée ou en tant que femme de carrière.
Vous trouverez de précieuses recommandations dans le rapport complet sur la formation continue:

Rapport ASFDU Journée de formation Empowerment 17.11.2018 (PDF 181KB)

Rapport des Journées culturelles en Bregaglia 2018

"De Segantini aux défis du présent en Bregaglia"

Photo: T. Wittal-Düerkop

Le samedi 1er septembre 2018, les 36 participants, dont sept maris et partenaires, se sont réunis pour la première partie des Journées culturelles à l‘hôtel Schweizerhaus à Maloja. Après l'accueil par Dora Lardelli et la présentation du programme, nous avons visité l‘Atelier Segantini de l'autre côté de la rue, qui est attenant à la maison privée Segantini. Ses pièces sont restées pratiquement inchangées depuis la fondation de la maison. Elles respirent l‘esprit de cette époque lointaine d‘il y a plus de cent ans. La visite a été possible grâce aux bonnes relations de Dora Lardelli.

Par un temps humide et froid, nous passons devant les nids-de-poule glaciaires largement inconnus jusqu'à la tour du Belvédère qui, comme son nom l‘indique, offre une vue impressionnante sur le Val Bregaglia. Au lieu d'un pique-nique, une soupe d‘orge chaude a été servie à l'hôtel Schweizerhaus grâce à des ajustements minutieux du programme.

L'après-midi, nous sommes descendus pour la première fois en car postal dans les virages étroits du col de Maloja jusqu'au Val Bregaglia.

Le musée de la Ciäsa Granda à Stampa, qui, en plus du centre de Giacometti, est aussi un musée de la vallée qui témoigne de la vie passée de la région, est particulièrement intéressant. L‘exposition „Giovanni Giacometti e Cuno Amiet - un‘amicizia“ a réuni cet été des œuvres des deux artistes et témoigné de manière impressionnante de leurs échanges artistiques. L‘Atelier Giacometti, une étable aménagée par Giovanni Giacometti en 1906, fait maintenant partie du musée et est également accessible. A Vicosoprano a suivi la visite du „Pretorio“, le palais de justice chargé d'histoire. A l‘extérieur du village, dans les bois voisins, se trouve l‘ancien lieu d'exécution.

Les participants ont de nouveau passé la soirée à Maloja à l‘Hôtel Schweizerhaus avec un dîner presque trop riche et une projection de films à la carte à l‘Hôtel Schweizerhaus, sans oublier les différentes adresses de remerciements et les échanges animés, très appréciés par les universitaires.

La nuit fraîche avait sauvé la première brise de neige dans les régions du sommet jusqu'au lendemain, mais le deuxième jour, le soleil brillait et baignait le paysage d‘une belle lumière du sud.

Castasegna. Photo: H. Müller

Le voyage jusqu'à la ville frontalière de Castasegna, à l'extrême pointe de la Bregaglia, a été principalement consacré à la visite de la Villa Garbald avec son magnifique jardin, construite en 1862 d‘après un projet de Gottfried Semper et soigneusement rénovée en 2004 par les architectes Miller & Maranta et transformée en centre culturel. En route, un court arrêt a donné l'occasion de visiter - au moins de l'extérieur -, l‘atelier que l’architecte Armando Ruinelli a construit pour l’artiste Miriam Cahn, qui a déjà exposé ses oeuvres à la „Documenta“.

Le déjeuner a été pris à l'hôtel Bregaglia d’où on a vu les traces de l'éboulement dans le Bondo voisin. L‘après-midi, la visite de Soglio a été suivie d‘une visite guidée par l'architecte Armando Ruinelli qui nous a montré son atelier et nous a fait découvrir les défis de l'architecture entre tradition et modernité. Sur le chemin du retour vers Maloja, nous sommes passés par les forêts de châtaigniers où les préparatifs de la récolte étaient déjà en cours. Pour les plus chanceux, c’était le début d‘autres vacances dans la région, mais pour la plupart des participants l’heure de rentrer encore le soir même.

Nous remercions très chaleureusement Dora Lardelli et Urezza Famos pour l‘organisation de cette merveilleuse excursion. Après le „prélude“ en Basse-Engadine en 2016, l‘excursion de l'année dernière à St-Moritz et ses environs, les participants ont pu découvrir cette année une autre région du sud des Grisons avec la Bregaglia.

Christine Bucher

Un album photo de l'excursion est disponible sur notre page Facebook.

Rétrospective de la formation continue « Femmes réfugiées » du 14 avril 2018

C'est assorti au sujet annuel de l'ASFDU de la «migration» qu'a eu lieu, le 14 avril 2018, la formation continue de printemps de l'ASFDU sur les «femmes réfugiées» à l'université de Berne avec Milena Wegelin (TERRE DES FEMMES Suisse) comme conférencière. L'événement bilingue, y compris le repas de midi, était gratuit pour les 25 membres de L'ASFDU issues de presque toutes les sections.
Les femmes subissent de la violence liée au genre dans leur pays d'origine et durant leur fuite de la part d'autres réfugiés, de gardes-frontières, de personnes sur place ou de membres de leur famille. Notre droit sur l'asile est conçu pour des réfugiés de sexe masculin, non pas pour les femmes. Depuis 1998, les motifs de fuite spécifiques aux femmes sont ancrés dans le droit sur l'asile. Ces derniers ne sont souvent pas invoqués en raison du manque d'information. En Suisse, le pays de refuge, la discrimination spécifique aux femmes se poursuit: dans le cadre de l'interrogatoire, de l'hébergement et des soins médicaux. Il y a encore beaucoup de travail à faire, aussi bien au niveau structurel qu'au niveau civil, si la Suisse veut offrir un refuge sûr aux femmes réfugiées. A cet égard, L'ASFDU est elle aussi sollicitée.

Un rapport détaillé sur la formation continue et sur les possibilités de l'ASFDU d'agir concrètement se trouve ici:

Rapport ASFDU Journée de formation Réfugiées 14.4.2018 (PDF 989KB)

Photo de groupe avec la conférencière Milena Wegelin après la formation continue à Berne, 14 avril 2018

Procédure de consultation garde des enfants

L’ASFDU s’est fixé comme objectif de prendre position dans les procédures de consultation qui concernent directement les objectifs de l’association et ses membres. C’est d’un commun accord avec alliance F que nous saluons l’objectif visé par la proposition, à savoir d’écarter des incitations négatives à exercer une activité lucrative dans le système fiscal, de contrecarrer la pénurie de personnel qualifié et d’améliorer la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. La déduction fiscale de la garde des enfants ne constitue qu’un élément parmi d’autres pour parvenir à une égalité des femmes dans la vie professionnelle et pour rendre une conciliation entre travail et famille possible – ce qui n’est pas encore une réalité pour de nombreuses femmes en Suisse.

Vernehmlassung Kinderdrittbetreuungskosten

Archivage des dossiers de l’ASFDU aux archives Gosteli

Suite au décès de la fondatrice Marthe Gosteli, il s’agit de trouver une solution de financement sur le long terme pour assurer la pérennité des archives, voir le communiqué de presse de l’ASFDU du 26 mai 2017 ci-dessous. Les dossiers de l’ASFDU comptent parmi les dossiers les plus complets des archives Gosteli. Afin de garantir un archivage à la fois professionnel et économique des dossiers de l’ASFDU, les sections sont priées de suivre le document de base de l’ASFDU (PDF, 819 KB) ainsi que la feuille d’informations des archives Gosteli (PDF, 365 KB).

L’Association suisse des femmes diplômées des universités s’inquiète pour les archives Gosteli

Communiqué de presse du 26 mai 2017

 

Suite au décès de Marthe Gosteli, le financement de cette précieuse collection de l’histoire des femmes suisses n’est plus assuré. Madame Gosteli a investi toute sa fortune pour permettre aux associations féminines de conserver leurs dossiers en lieu sûr. La plupart des archives de l’État sont consacrées à l’histoire des hommes. Après son décès, le maintien à long terme de cette collection est en péril, malgré des contributions importantes faites, entre autres, par la commune bourgeoise de Berne.

 

Il ne peut pas revenir aux sponsors privés ou aux communes de conserver ces archives sur le long terme ; elles regroupent des documents provenant des quatre coins de la Suisse, qui sont mis à la disposition de la recherche. C’est pourquoi des motions sont en suspens au Conseil national, qui visent à faire des archives Gosteli une affaire relevant de la Confédération. Nous saluons ces interventions et espérons que le parlement se chargera de cette affaire et contribuera ainsi à conserver cette importante et unique source pour l’histoire des femmes dans notre pays.

 

Au nom de l’Association Suisse des Femmes Diplômées des Universités

Le Comité

 

Contact :

Doris Boscardin, présidente de l‘ASFDU

Tél. 079 314 20 76 / e-mail doris.boscardin@stud.unibas.ch

Communiqué de presse (PDF)

Journée de formation continue de l’ASFDU „Les femmes et MINT“

 

Le samedi, 8 avril 2017, membres de presque toutes les sections ont participé à la journée de formation continue MINT de l’ASFDU à Bâle. Dr. Sarah Hofer, EPFZ, a présenté son étude „Les filles moins bien notées en physique“, Dr. Simone Creux, Ing. Dipl. EPFZ, a discuté les défis en tant qu’ingénieure et femme dans une profession MINT, et lic. iur. Elisabeth Schneider-Schneiter, conseillère nationale BL, a expliqué comment la politique peut promouvoir les femmes dans les professions MINT.

Cette manifestation bilingue a été extrêmement instructive.
L'étude que Sarah Hofer, une chercheuse dans un groupe dirigé par le professeur Elsbeth Stern de l’EPFZ, a réalisée en 2015 en Allemagne, en Autriche et en Suisse sur le sujet „Les filles moins bien notées en physique“ a donné l’impulsion à cette journée de formation continue et au thème annuel de l’ASFDU „Les femmes et MINT“.

Un rapport détaillé se trouve ici.

Vous trouvez des photos de l'évènement sur notre page facebook.

Marthe Gosteli est décédée

Chères membres

 

La Fondation Gosteli de Worblaufen (BE) regrette la mort de sa fondatrice Marthe Gosteli (22.12.1917-07.04.2017).

Jusqu’à la fin de sa vie, Marthe Gosteli s’est engagée pour les droits politiques de la femme et pour l’archive de l'histoire du mouvement féministe suisse, où sont conservées entre autres les documents de l’ASFDU. 

 

Marthe Gosteli a été plusieurs fois distinguée pour son engagement. Récemment, elle a reçu le Prix culturel 2017 de la Burgergemeinde Bern, pour la „documentation impressionnante“ de l’histoire du mouvement féministe suisse. La fondation va s'engager à poursuivre le legs de Marthe Gosteli.

 

La cérémonie religieuse pour Marthe Gosteli aura lieu le vendredi, 21 avril, à 14h30 à l’Eglise de Bolligen.

 

Marthe Gosteli a joué un rôle décisif au sein du mouvement féministe en Suisse et je m’estime très heureuse d’avoir pu faire sa connaissance. 

 

Avec mes meilleures salutations

 

Doris Boscardin

Présidente de l’ASFDU

 

Pour plus d’informations veuillez consulter le communiqué de presse de la fondation Gosteli (en allemand).

Initiative populaire „Pour un congé paternité raisonnable – en faveur de toute la famille"

En tant que membre d’alliance f, l’ASFDU s’est engagée à récolter au moins 100 signatures en faveur d’un congé paternité. Actuellement en Suisse, un jeune papa obtient un congé payé de la même durée que lors d’un déménagement, à savoir un jour. C’est inacceptable. C’est pourquoi l’initiative populaire „Pour un congé paternité raisonnable – en faveur de toute la famille“ demande 20 jours de congé paternité payé – qui peuvent être pris de manière flexible dans le délai d’un an après la naissance.

La date butoire pour la récolte des signatures est le 24 novembre 2017. Il est possible de télécharger des listes de signatures sur le site web d’alliance f.

Facebook - Nous y sommes! Vous aussi?

Les réseaux sociaux sur internet jouissent d’une popularité grandissante et constituent également des plateformes importantes pour les associations. Désormais, l’ASFDU est aussi présente sur facebook, le réseau social le plus visité au monde!
Devenez fan de notre page. Si vous n’êtes pas encore membre facebook, créez votre compte en quelques clics de souris! Facebook est gratuit !
Une fois fan, vous recevrez régulièrement des nouvelles sur l’ASFDU et pourrez commenter nos messages.

Si vous souhaitez publier du contenu sur notre mur, envoyez-nous votre contribution par courriel, de préférence avec une photo, à notre secrétaire.
Au besoin, nous créons volontiers un groupe afin de permettre à nos membres de discuter et d’échanger des informations.
Pour participer, rien de plus simple : tapez https://www.facebook.com/akademikerinnen, connectez-vous à facebook et cliquez sur "j’aime" - et déjà vous ferez partie de nos fans.
Si vous n’êtes pas encore membre facebook, créez votre compte. Vous trouverez une marche à suivre sur notre site, sous la rubrique des nouvelles de l’ASFDU. Vous y accéderez directement en cliquant sur le lien suivant : http://bit.ly/1BrVcJG
A bientôt sur le "web social" !

«Votez femmes!» rallie les suffrages

Les femmes parlementaires soutiennent l’appel au vote de la CFQF et des organisations féminines.

Cinquante des 71 conseillères nationales et conseillères aux Etats sortantes soutiennent le projet «Votez femmes!» avec lequel les organisations féminines suisses s’engagent en cette année électorale, en collaboration avec la Commission fédérale pour les questions féminines CFQF.

Sur le site web «Frauen wählen! - Votez femmes! – Votate donne!», des politiciennes fédérales de tous partis disent pourquoi il faut davantage de femmes au parlement. Ces personnalités politiques appellent les électrices et les électeurs à se mobiliser pour que les femmes soient beaucoup mieux représentées au parlement fédéral à l’issue du scrutin du 18 octobre 2015.

Beaucoup y voient un progrès pour la démocratie et la justice; d’autres ont une vision pratique et pensent à la qualité de la collaboration et à l’efficacité des solutions.

Les trois conseillères fédérales et la chancelière fédérale font partie de ces femmes politiques qui soutiennent le projet. Toutes estiment qu’il faut prendre le taureau par les cornes.

A l’heure actuelle, la proportion de femmes stagne à 31% au Conseil national et elle est en baisse au Conseil des Etats, à tout juste 20%.

Jusqu’à la date du scrutin, le site web et la page Facebook proposent chaque semaine un nouveau témoignage provenant des rangs des associations féminines ou d’autres organisations.

www.frauen-waehlen.ch, www.votez-femmes.ch, www.votate-donne.ch

Nouvelle Trésoriére

Angelika Spanke

Angelika Spanke de la section de Zurich a été élue nouvelle trésorière.

Après sa formation d’enseignante de mathématiques et de musique à l’Université de Wuppertal, Angelika Spanke a suivi une formation complémentaire dans le domaine de l’informatique et a travaillé comme professeur d’informatique et de statistique durant plusieurs années. Actuellement, elle exerce deux activités indépendantes, à savoir conseillère en communication digitale et professeur dans les domaines de l’informatique, d’internet des médias sociaux.

Cette mère de famille vit en Suisse depuis 18 ans. Dans son temps libre, elle aime faire des randonnées (elle a fondé le groupe de marcheuses de la section zurichoise de l’ASFDU), des tours à moto, de la photographie et s’est remise au piano après une pause de 30 ans.

Elle est déjà chargée des finances du comité de direction de la section de Zurich. Nous nous réjouissons de notre collaboration avec elle.



SVA extra gross Bern Mittel Genève gross Fribourg klein Graubünden gross Solothurn mittel